Zone Bulgaria  
English
Bulgarian
Deutsch
French
Russian
 
 
Centralnorth Bulgarie > Tétéven > Histoire

Tétéven Histoire

Région habitée dès la basse époque. Elle a été peuplée par la tribu thrace des Serdes, puis inclue par les Romains dans la région de Serdika. Le monastère « Saint Elie » date de l’époque médiévale. Le nom de Tetevyan est mentionné pour la première fois dans un document de 1421. Le monastère “Saint Elie” avait gardé une croix (jusqu’en 1930), élaborée de manière artistique, offerte par le tzar Ivan Chichman (actuellement conservée au musée de Londres). Il est évident que le monastère a existé aux 13e-14e siècles et le village se développait autour lui. A l’époque de la domination ottomane les habitants de Tétéven étaient des “voinutsi”, c’est-à-dire ils avaient certains engagements militaires et défensifs, contre lesquels obtenaient des droits déterminés et une certaine autonomie. Tétéven se développait en tant qu’un village d’artisans. Aux 16e-17e siècles les Turcs ont imposé l’islam uniquement dans la région. Les plus célèbres haïdouks de la région étaient: Kostin, Deli Palo, Dantcho, Anguel, Nyagol. En 1800 Tétéven avait environ 3000 maisons. La ville maintenait des relations commerciales avec Sofia, Bucarest, Braşov, Vienne, Thessalonique, Anatolie. Plus de 60 personnes de ses habitants s’étaient rendus au Saint Sépulcre à Jérusalem et devenus hadzis. En 1801 la ville a été complètement dévastée par les Kurdzhalis : population exterminée,  Tétéven abandonné, seuls quatre bâtiments sur 3 mille épargnés. Bien que le long des années le village a été restauré, il ne réussit pas à atteindre sa prospérité et le bien-être d’autrefois. Les habitants de Tétéven ont pris part au mouvement de l’Eveil national. Des églises et des écoles ont été inaugurées, on a réussi à conserver et à enrichir l’esprit des Bulgares. En 1872 Vasil Levski y a fondé le plus nombreux comité révolutionnaire (51 personnes), dont le président et le trésorier étaient des illustres tchorbadji (notables): Stanio Vrabevski et Petko Miliov Strachnia (Petko Miliov Le Terrible). Dimitar Obchti a aussi travaillé à Tétéven. Ce dernier a organisé à l’insu de Vasil Levski l’attaque et le hold-up des postes turques le 22 septembre 1872 au passage d’Arabakonak. Ce n’était qu’un acte insensé avec des conséquences tragiques: défaite de tout le réseau révolutionnaire secret, organisé par Vasil Levski au cours des années, l’arrestation de Vasil Levski, suivie de sa pendaison à Sofia.

Le dernier drame de l’Insurrection d’Avril s’est déroulé à 15 km au Sud-Est de la ville. Guéorgui Benkovski (le chef réel de la révolte du peuple), Zahari Stoyanov (auteur des précieuses “Notes sur les Insurrections bulgares”), le moine Cyrille (le caissier du IVème district révolutionnaire) et Stefo Dalmatinetsa ont été les victimes d’une trahison. Ils sont tombés dans une embuscade turque dans la localité de Kostina, suite à laquelle  Benkovski et le moine Cyrille ont péris. Zahari Stoyanov et Stefo Dalmatinetsa sont restés vivants par miracle. Le traître a été assassiné par les habitants de Tétéven, le jour où il devait toucher sa rémunération.

La ville de Tétéven a donné 11 tchetniks de Botev, 4 personnes dans la troupe de Panayot Hitov de 1876 et 48 insurgés. La libération de la ville est liée aussi au nom de Banyo Marinov, habitant de Tétéven. Plus tard, le même homme de Tétéven a lutté pour la libération d’Orhanie (Botevgrad), puis nommé son chef de la police. Banyo Marinov a organisé un groupe de volontaires et a pris part à l’Insurrection de Kresna en Macédoine. Il est mort de ses plaies à l’hôpital de Sofia. Tétéven est aussi la ville natale de Sava Mladenov (qui était parmi les assistants les plus proches de Hristo Botev lors des derniers jours tragiques du grand poète révolutionnaire et sa troupe), mort à 8 km au Sud de la ville.

Après la Libération la ville se développe comme un centre touristique.

Home | Search | Site map | Copyright