Zone Bulgaria  
English
Bulgarian
Deutsch
French
Russian
 
 
Centralnorth Bulgarie > Veliko Tarnovo > Histoire

Veliko Tarnovo Histoire

Le passé le plus glorieux appartient à Veliko Tarnovo. La ville est le symbole de l’Etat médiéval bulgare et source d’orgueil national de tout citoyen bulgare. Il n’y a pas de coin en ville qui ne soit pas historique.  

Les plus anciennes traces sur la colline de Trapezitsa datent de la première moitié 3e millénaire av. J.-C. Les vestiges sur la colline de Tsarevets datent de la fin de l’âge du bronze (13e s. av. J.C.). Cet habitat thrace (des Uses et des Crobises) a existé jusqu’à la fin de l’âge du fer. Son épanouissement remonte au 6e –1er s. av. J.-C.).  Ses traces se perdent dans les premiers siècles de la domination romaine (au début de la nouvelle ère).

La couche suivante de Tsarevets est byzantine (5e s. - première moitié du 7e siècle): sur la colline existait une ville fortifiée (un important point dans la partie septentrionale de la péninsule balkanique). Sur les ruines de cette ville s’était organisé un village de Slaves et de Bulgares (7e-10e s.) A la fin du 10e siècle la colline était déjà fort peuplée et au 12e siècle représentait une ville fortifiée et un important centre économique. Elle tire son nom du mot slave “tern” ou “tran” – épine qui change au cours des années en Ternov, Tranov, Tarnov, Tarnovgrad, Tarnovo et Veliko Tarnovo, étant nommée “Veliko” (Grand) pour sa grandeur, beauté et majesté. Après l’Insurrection d’Assen et Pierre (1187) et la domination byzantine Tarnovo devient capitale (la troisième dans l’histoire de la Bulgarie danubienne) du royaume bulgare rétabli. Les deux siècles suivants deviennent “les siècles d’or” de l’histoire de la ville.

Le Palais des tsars et la Patriarchie bulgare étaient situés sur la colline de Tsarevets et sur la colline de Trapezitsa – les maisons des boyards et du haut clergé et plusieurs églises. Le quartier d’Assen, situé entre les deux collines supérieures, à côté de la Yantra, était habité par les artisans. Le quartier des marchands étrangers (des francs) était situé au Sud-Est de la Tour de Baudouin. Tsarevets et Trapezitsa étaient protégées par des grandes murailles fortifiées dans “la ville intérieure”. Les deux autres quartiers étaient protégés également par une forteresse et formaient “la ville extérieure”. Les habitations des non privilégiés étaient ailleurs, au pied de la colline Momina Krepost (Forteresse de la jeune fille), auprès de la Yantra. Au 13e et 14e siècle la capitale de la Bulgarie était un grand centre politique, économique, commercial et culturel en Europe. L’Etat bulgare a connu son apogée pendant cette période-là. La Bulgarie et Byzance étaient les grandes puissances sur le vieux continent. On y construisait de magnifiques palais, monastères, églises, installations de fortification, ponts, maisons.  Y fonctionnait l’école d’art de Tarnovo et surtout l’école littéraire de Tarnovo, dont les plus éminents représentants sont le patriarche Euthyme et Théodose de Tarnovo. Cet essor matériel et spirituel s’est arrêté le 17 juillet 1393, lorsque à la suite du siège de trois mois la ville de Veliko Tarnovo a été prise par les Turcs. La capitale a été réduite en cendres. Il fallait attendre des siècles pour son rétablissement et un nouvel essor économique, culturel et politique. Le grand maître Ousta Kolyo Fitcheto a beaucoup contribué pour la construction de nouvelles maisons, des églises, des édifices publics.  L’éveil national s’est exprimé en mouvement pour une Eglise indépendante et pour la liberté nationale. La population de la vieille capitale bulgare a pris part

aux Insurrections de Tarnovo de 1598, 1686 et 1700, à la Conjuration de Veltcho (1835), à l’Insurrection de Kapitan dyado Nikola (1856), à la révolte de Hadzhi Stavrev (1862), ainsi qu’à l’Insurrection d’Avril de l’année rebelle 1876. Batcho Kiro, Tsanko Dyustabanov et beaucoup d’autres militants pour la liberté ont été pendus sur la place de la ville. L’Apôtre Vasil Levski a passé plusieurs fois par la ville (la dernière fois en 1872, par malheur, enchaîné).

Le 7 juillet 1877 Veliko Tarnovo était de nouveau une ville libre et plus tard, siège de l’Assemblée Constituante (10 février - 16 avril 1879). Y est  élaborée la première Constitution bulgare – celle de Tarnovo – l’une des plus démocratiques constitutions de cette époque-là. Le 17 avril 1879 à Veliko Tarnovo s’est tenue la Première Grande Assemblée Nationale de la Bulgarie libérée pour l’élection d’un chef d’Etat. Le 27 juillet la même année Alexandre Batenberg a été élu prince de la Bulgarie. Le 6 septembre 1885 Stefan Stambolov et Petko Karavelov ont décidé de reconnaître l’unification de la Bulgarie.

Quoi que Sofia devienne capitale de la Bulgarie après la Libération, Veliko Tarnovo n’a pas cessé à être le sanctuaire pour les Bulgares, le bastion de l’esprit et la conscience nationale. C’est la ville natale de Petko R.Slaveykov, du grand artiste Konsantin Kissimov, des écrivains Emilian Stanev et Dimitar Mantov, etc. 

Home | Search | Site map | Copyright