Zone Bulgaria  
English
Bulgarian
Deutsch
French
Russian
 
 
Centralsouth Bulgarie > Plovdiv > Histoire

Plovdiv Histoire

Située au carrefour des routes de l’Europe de l’Ouest et l’Europe Centrale vers le Proche Orient, de la Baltique vers la Méditerranée et de la mer Noire vers l’Adriatique, la ville de Plovdiv a une histoire millénaire. Les hommes habitaient ces terres dès l’âge de pierre, celui de pierre et de cuivre et celui de bronze. Plus tard, au Ier millénaire avant J.-C., autour les trois collines de l’Est (Djambaz tepe, Taksim tepe et Nebet tepe) qui représentaient une forteresse naturelle pour défense, les Thraces ont fondé l’habitat antique Evmolpias. En 342  av. J.-C. la ville a été prise par Philippe de Macédoine, nommée Philipoppol et transformée en forteresse. Plus tard (3e - 1er siècles av. J.-C.) la ville prend le nom de Pulpudeva. Elle est soumise aux incursions permanentes des Celtes. Dès le Ier siècle celle-ci est déjà sous la domination romaine et devient un centre économique, culturel et politique principal de la province Thrace. Elle se développe vite en occupant les Trois collines. Voilà pourquoi les Romains l’ont appelé Trimonzium.

Après 395, lors de la décadence de l’Empire romain, la ville demeure dans sa partie orientale. Durant les deux siècles suivants la ville a été dévastée et incendiée par les Goths et les Huns. L’Empereur Justinien (527-565) l’a transformée en forteresse stratégique de la frontière septentrionale de Byzance. A la fin du 6e siècle après l’arrivée des Slaves, la ville prend le nom de Puldin (Pulpudeva). Au temps de khan Kroum la ville fait partie de l’Etat bulgare. Depuis ce moment jusqu’à la domination ottomane, Plovdiv (déjà appelée ainsi) passe plusieurs fois tantôt dans les mains des Bulgares, tantôt dans les mains des Byzantins. La ville est prise par les Turcs (1364) et appelée Filibé. Au cours de la période ottomane elle perd son rôle stratégique. A peine à l’époque de l’Eveil national Plovdiv récupère son rôle d’un centre économique et culturel important. Une nouvelle couche sociale d’artisans et de commerçants est créée. Ceux-ci ont une bonne situation matérielle. Y ont été construits de nombreux bâtiments, conservés à nos jours et reconnus officiellement en tant que monuments de la culture.

A Plovdiv ont travaillé d’illustres hommes de lettres, zélateurs de la culture et des politiciens de l’époque de l’Eveil national bulgare, tels que Nayden Gerov (écrivain, éducateur, consul de la Russie à Plovdiv), les peintres Zahari Zograf, Dimitar Zograf, Stanislav Dospevski, le maître sculpteur sur bois Ivan Pachkoula et beaucoup d’autres. Vasil Levski avait résidé à plusieurs reprises dans la maison des frères Tarpevi. En 1870 a été créé un Comite révolutionnaire local.

Le 17 janvier 1878 les troupes du général Gourko ont libéré la ville.

A cette époque-là Plovdiv était la plus grande ville de Bulgarie. Après le Congrès de Berlin (1878) celle-ci devient la capitale de la Roumélie orientale. La vie publique et culturelle devient de plus en plus riche et animée. Y ont résidés et travaillés Ivan Vazov, Konstantin Velitchkov, Zahari Stoyanov, etc. En ville se sont installés plusieurs réfugiés de la région égéenne, de Macédoine de Pirin et de Vardar. Le 6 septembre 1885 a été proclamée l’Unification de la Bulgarie  - un acte révolutionnaire d’une portée exclusive prouvant la force et l’intransigeance de l’esprit national bulgare. Le 6 septembre est une fête nationale de la République de Bulgarie.

Home | Search | Site map | Copyright