Zone Bulgaria  
English
Bulgarian
Deutsch
French
Russian
 
 
La Mer Noire > Varna > Histoire

Histoire de Varna

La ville de Varna a une histoire millénaire. Elle a une bonne situation et une bonne visibilité (presque 270 grades). Au petit cap où se trouve la gare maritime actuelle, il y avait un ancien site de pêcheurs de la tribu thrace des Crobises.

Y est née une cité grecque sous le nom d’Odessos (6e siècle). La cité  s’est développée en tant qu’un centre rural et de pêcheurs, évoluée (5e siècle av.J.-C.) en véritable centre commercial. Le Dieu thrace Darsalas (au lieu d’Apollon et Dyonisos) a été respecté (jusqu’à l’époque romaine) et honoré par des mystères, des processions, des jeux et des compétitions. Les sources relatives à l’ancienne Grèce et aux Romains en font témoignage.

Au milieu du 4e siècle avant J.-C. la cité a été assiégée par Alexandre le Macédoine, mais une fois le siège levé elle est restée autonome dans le cadre de son empire. A l’époque de Lisimaque les habitants se sont révoltés et libérés. La ville jouait un rôle primordial sur le littoral nord de la mer Noire. C’était une cité libre où l’on frappait des monnaies à l’effigie du Dieu-protecteur (jusqu’au 1e siècle av. J.-C.). Conquise par les légions de Marc Lucullus, elle est devenue un important centre régional romain. Ovide, le grand poète épique de Rome, y a séjourné en route vers son exil à Tomi (Constanza, auj. Roumanie).

Petit à petit Odessos cède sa primauté régionale à Martianopolis (auj.Devnya), créée par l’empereur Trajan. Conquise et détruite à plusieurs reprises par les Barbares, elle passait de temps en temps sous la tutelle de Byzance. Au 9e siècle on l’appelait déjà Varna. Les peuples venus de l’Asie centrale ont contribué pour cette appellation. On suppose que la ville tire son nom de la toponymie et de l’hydronymie d’Inde (la rivière qui jette ses eaux à Gang près de Varanassi), ainsi que de la notion de caste (couleur). Après une série de guerres byzantino-bulgares et plus spécialement dès le règne du tsar Kalojean (début du 13e s.) Varna demeure pour longtemps bulgare. Son système défensif avait trois forteresses – celle du cap Galata, celle du cap Sveti Dimitar et la troisième, appelée Petritch – près du lac de Beloslav.

Malgré sa défense bien établie la ville a été prise par les Turcs en 1391 et tombée en décadence. La ville a été assiégée par les chevaliers de Vladislav, roi de Pologne (dit de Varna) et du voïvode Jannos Hunyadi (1444). Malgré les efforts de la coalition chrétienne, celle-ci a été vaincue et le jeune roi tué. Les habitants de Varna lui ont élevé un mausolée. Au fil du temps la ville a acquis un aspect oriental. Elle a été peuplée par des Turcs. Y ont été bâties des mosquées, des konaks et des bains publics. Pour une longue période la construction d’églises a été rigoureusement prohibée.  Varna est devenue une forteresse fortifiée des frontières nord-est de l’Empire Ottoman et un centre commercial et artisanal. Pendant la guerre russo-turque de 1828 la forteresse a été prise par les soldats russes pour un certain temps. L’époque de l’Eveil national commence dans les décennies qui suivent. Y ont été construites des écoles, des foyers de culture, des églises.

En 1878 la ville de Varna a été définitivement libérée du pouvoir ottoman et devient le grand port de la Bulgarie.  A la fin du 19e siècle elle est liée à Sofia par une voie ferrée. Y ont été construites des fabriques, la pêche industrielle s’est développée. Varna est devenue rapidement une station maritime subissant toute influence européenne dans l’architecture et le transport naval et en même temps, un lieu privilégié de l’élite intellectuelle bulgare.

Au cours de quelques années la ville porte le nom de Stalin (jusqu’en 1956).

Aujourd’hui Varna est le centre du littoral nord de la mer Noire et un point de repère dans la construction des villégiatures autour d’elle. Ce sont les métiers, étroitement liés à la mer, qui s’y développent – de la pêche au transfert des marchandises entre l’Est et l’Ouest. La ville est un centre industriel et par sa grandeur occupe la troisième place en Bulgarie, après Sofia et Plovdiv.

Home | Search | Site map | Copyright