Zone Bulgaria  
English
Bulgarian
Deutsch
French
Russian
 
 
La Bulgarie nord-ouest > Vidin > Histoire

Vidin Histoire

Cette ville a vingt-trois siècles d’histoire. Au 3e siècle av. J.-C. les Celtes ont organisé un village au nom de Dunonia (haut lieu et fortifié). Les Romains ont amélioré la forteresse (déjà nommée Bononia) ayant pour but de surveiller le chemin frontalier le long du Danube. Les Bulgares ont appelé la ville Bdin et les Byzantins - Vidini. Entre temps, la forteresse a été détruite et restaurée à plusieurs reprises. En 1003 Gavril Radomir, fils de Samuel a réussi à résister au cours de huit mois au siège de l’empereur byzantin Basile II. A la fin du 14e siècle la ville prospère, proclamée déjà capitale du royaume de Bdin d’Ivan Sratsimir (1360). Elle se développe en tant qu’un important port et centre commercial au profit du pays et des pays voisins, tel que: la  Valachie, la Hongrie, la ville de Doubrovnik, etc. Dans l’Evangéliaire de 1360 est indiqué qu’il avait été écrit dans “la grande ville peuplée de Bdin”. Prise par les Turcs (1396).

Au cours de la période ottomane Vidin demeure une grande forteresse et un centre administratif important. Voire, au 17e siècle la ville est “la ville capitale de la Bulgarie”. Entre 1794 et 1807 Vidin devient le siège du commandant turc autoritaire Osman Pazvantoglu qui se proclame souverain indépendant d’une grande partie des territoires de Bulgarie de Nord-Ouest. Y sont construits de grands édifices administratifs, de nouvelles rues, des mosquées, des écoles auprès des mosquées, etc. Vidin se transforme peu à peu en ville orientale, surtout après l’établissement de nombreux Turcs, suite à la défaite près de Vienne et la libération de la Serbie. L’insurrection de Vidin de 1850, guidée par Boyadzhi Stanko Voïvode, est le fruit du mouvement désespéré d’indépendance nationale. Le bien-être des habitants de Vidin s’agrandit conformément au développement de la navigation sur le Danube et l’élargissement des relations commerciales avec l’Europe Centrale. La compagnie de navigation d’Autriche par l’intermédiaire du port de Vidin rachète les produits de la Bulgarie occidentale, y compris de la Macédoine et ceci jusqu’en 1866, lorsque la ville voisine de Lom est reliée par une chaussée à Sofia et ainsi, Vidin a été écartée.

Après la Libération la ville change radicalement par sa composition ethnique en faveur des Bulgares. Au cours de la guerre serbo-bulgare après l’Unification de la Bulgarie (1885) la ville de Vidin a été défendue avec succès par le capitaine Athanase Ouzounov. La ville est le lieu natal de l’illustre homme public bulgare Naytcho Tsanov et du peintre post-impressionniste de renommée mondiale Jules Pascin (Julius Pinkas, 1885-1930), éminent représentant de “l’Ecole parisienne”. 

Home | Search | Site map | Copyright